Lieux

Nous ne partons pas de nulle part. Notre regard s’étend sur le monde à partir d’un lieu. Un lieu géographique, culturel, philosophique politique. Il est de ce fait vain de chercher la neutralité. Bien au contraire; affirmer le regard, c’est être en adéquation avec ce que l’on est, notre façon de comprendre l’humanité qui tourne autour de nous. Cette implication dans le réel appelle une sincérité du propos et celle-ci témoigne de l’engagement.
L’engagement est partout même quand on croit ne pas l’affirmer. Il est dans le choix de nos sujets, dans leur traitement, dans le message véhiculé, dans la façon de construire le récit filmique.
Fabriquer des films documentaires c’est être dans la position de celui qui scrute la société. Les forces qui la traversent. Conscient du monde comme tout citoyen, mais un peu plus. Car chaque sujet demande approfondissement et l’enquête qui s’ensuit apporte de nouvelles informations. Celles-ci permettent de mieux comprendre notre sujet mais souvent nous entraînent vers d’autres horizons. De fil en aiguille on devient curieux de tout, avec en plus une méthodologie de chercheur de sens aiguisée et subtile.

Anlot Latè. Court-métrage poético-documentaire. La traversée en kayak du canal entre Sainte-Lucie - Martinique. (auto-production)

Honnêteté et Subtilité

Une méthode de travail efficiente s’appuie sur déontologie et éthique. Faire le choix d’un angle tout en respectant la vérité est possible, avoir un point de vue et éviter les mensonges ne sont pas incompatible. Cela réclame un autocontrôle permanent et de la précision dans la façon de dire. Au fond on sait en fabriquant le film quand ce qui est dit est juste et quand ça ne l’est plus. Pour cela il faut apprendre à s’observer soi-même. Le biais de confirmation nous guette dès que la vigilance s’abaisse.
Ce qui donne la force d’un film, c’est notre capacité à être subtil dans les messages que nous véhiculons. Un film n’est pas un tract, ceux qui le sont n’ont pas grand intérêt. Ils ne font que conforter les convaincus et éloignent ceux à qui le message serait d’abord destiné.
Un film est une œuvre et en tant qu’œuvre, doit entrainer le spectateur dans un univers, lui raconter une histoire, l’émouvoir. C’est à travers ces contraintes qu’existe notre engagement, c’est ce qui lui donne sa beauté.

Mangrov Lavi. Documentaire sur l'IBR, l'Inventaire Biologique Rapide dans la mangrove du Lamentin en Martinique (Ville du Lamentin)

Du rôle de l’image

La caméra est un instrument avec lequel on partage de l’émotion. La caméra est un stylo avec lequel on explique et on montre. La caméra est une arme avec laquelle on peut blesser et qui fait de nous paradoxalement une cible. Parce qu’on peut être perçu comme un danger à écarter.
Ce qui nous ai donné est précieux.
Avec la possibilité actuelle pour tout citoyen de filmer et de diffuser de façon instantanée, notre responsabilité est encore plus grande. Les réalisateurs documentaristes ont pour devoir de réfléchir même en étant dans l’action, de construire un discours, de structurer une pensée qui dépasse le simple témoignage. En façonnant la matière brute pour lui donner un sens ils contribuent à dépasser l’émotion, à encourager la réflexion et quelquefois à fournir des clefs de compréhension du monde.

Mensonges et vérité. Documentaire TV sur le crash aérien du 16 aout 2015 et ses zones d'ombres.(AVCA - Mque la 1ère)

À chacun son engagement

Le militantisme n’est pas seulement là où il est visible. Il est caché dans des actions de fond qui bouleverse la société sans que l’on ne s’en rende compte immédiatement. Ce sont des lames de fonds dont nous sommes témoins, qui nous portent et que nous portons dans le même temps.
Identifier le sens que l’on veut donner à son travail permet de tenir dans la tempête et de mener les projets difficiles. Alors en permanence, il est sain de trouver là où réside notre mission et la vivre.

Détectives du passé. Docu TV. Des passionnés enquêtent sur le passé des lieux et leurs histoires. (Poischichefilms - Mque la 1ère).

Il est difficile de faire du documentaire sans avoir un regard singulier sur le monde, sinon critique au moins curieux. Se poser des questions est déjà en soi un engagement. C’est commencer à réfléchir sur l’état des choses et envisager d’autres voies.
S’exprimer par le film documentaire c’est aussi se mettre en quête de ses propres aspirations, se donner la possibilité de les rendre concrètes. C’est aussi avant tout une occasion de mieux se connaitre en explorant ses centres d’intérêts. Découvrir sur soi, découvrir sur le monde.

Asou chimen Danmyé-Kalennda-Bèlè. Docu TV, importantce de ces pratiques culturelles dans la construction sociale de la Martinique. (AM4 - Mque la 1ère).

Post Author: christianforet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *